Ma rencontre avec un chamane

chamaneMa rencontre avec Michel, chamane, m’a sauvée la vie. Il a guéri mon âme et mon être tout entier. Laissez-moi vous raconter cette magnifique histoire et tranche de ma vie…

Nous sommes en 2004 et cette année est un sacré cru pour moi ! En effet, j’étais en plein divorce, avec 3 enfants en bas âge. Un grand bouleversement, mais positif !  A cette période de ma vie, je travaillais encore en tant qu’éducatrice spécialisée auprès d’enfants handicapés, je poursuis mon enseignement du Reïki et je fais partie d’un groupe de chamanisme : en apparence, ma vie est donc plutôt tranquille !
Mais je m’interrogeais beaucoup sur ma pratique professionnelle car, travaillant avec des autistes et des trisomiques, le langage passe pas forcément par la parole. Pourquoi cette précision ? Parce que tout cela influe sur ce qui va suivre. La synchronicité a encore fait son œuvre !

Rencontrer un psychiatre chamane

Un jour, au travail, une collègue s’approche de moi, durant la récréation. Je ne la connaissais pas beaucoup mais je savais qu’elle avait aussi une ouverture spirituelle. Elle me dit que nous devrions nous rencontrer parce qu’elle a fait la connaissance d’un psychiatre canadien qui est aussi un chamane (un “vrai de vrai”, ses connaissances lui ayant été transmises par sa grand-mère) et qu’elle sait que je dois le rencontrer. Il se prénomme Michel. Aussitôt, mes sens s’éveillent, étant toujours curieuse de tout, d’autant plus que j’étais en plein dans mes retrouvailles avec des mémoires  d’incarnation.

chamaneLes jours passent et un week-end, cette collègue me dit de venir chez elle le samedi soir. Elle organisait une soirée dans sa cour avec feu de camp, repas…et que ce chamane qui se prénomme Michel serait là. Me voilà alors en route pour cette soirée. Lorsque j’arrive, je découvre plein de monde; je me joins aux gens que je connaissais déjà. Ma collègue est pas mal occupée entre l’accueil et les préparations diverses.
En tout cas, l’ambiance est très sympathique, et tout en parlant de-ci, de-là, je ne pouvais m’empêchait de chercher le fameux « chamane » ! J’interrogeais ma collègue qui me répond qu’il n’est pas encore arrivé….

Bref, la soirée avançait, de discussion en discussion, je me suis trouvée à parler avec quelques personnes de la communication non verbale. Une femme se joint à notre table, elle est kinésiologue et se prénomme Chantal.La conversation s’enrichit, et je viens à expliquer ma difficulté à entrer en contact avec un enfant autiste et trisomique dont je m’occupais. Cette enfant ne parlant pas, l’échange se passait par le regard et sa profondeur….Ne dit-on pas que les yeux sont le miroir de l’âme ?

Cet échange est super intéressant mais je guettais toujours l’arrivée du chamane que je caricaturais à l’extrême. Pour moi, il ne pouvait qu’avoir un faciès typiquement amérindien, avec avec nattes, etc…bravo le cliché !

La soirée se poursuit, toujours dans ce dialogue sur la communication non verbale, et là, Chantal me dit que c’est justement le domaine de compétence de son compagnon. Chic alors ! Elle va le chercher et il nous rejoint. S’ensuit alors de beaux échanges dans ce groupe sur la communication…

Au milieu de la nuit, les gens commencent à partir et toujours pas de chamane, mais ce n’était plus très important car j’avais passé un très bon moment. Je commence à penser à partir aussi, quand le compagnon de Chantal avec qui j’avais eu un bel échange concernant les amérindiens me dit que nous serons appelés à nous revoir pour diverses raisons et que je devais lui téléphoner. Surprise, je lui demande pourquoi et il me répond qu’il s’appelle Michel !

chamaneMince, j’avais le chamane à coté de moi toute la soirée et je ne le savais pas. Il ne ressemblait pas du tout à mon cliché ! J’étais abasourdie et un peu confuse de ne pas l’avoir reconnu. Je ne savais pas pourquoi je devais le rencontrer, il était si « commun » et comme je m’apprêtais à partir, je ne pouvais pas décemment lui poser toutes les questions que j’avais gentiment répété au fond de moi depuis quelques jours. Tant pis !

Nous étions au mois de juillet 2004, les vacances étaient proches. Avant de partir, j’appelle Michel pour prendre un rendez-vous. Nous nous rencontrerons fin août.

Les vacances ont été particulières et très mouvementées, pleines de surprises, bonnes mais aussi douloureuses. Je me suis retrouvée dans un tourbillon relationnelle déstabilisant et destructeur. Au retour, j’étais très mal, et dans l’incapacité de reprendre mon poste auprès des enfants handicapés.

Mon travail avec Michel, psychiatre canadien chamane

Je plonge alors dans une  dépression profonde. Deux à trois fois par semaine, je travaille avec Michel en thérapie. Il me fait travailler avec de la pâte à modeler, créer des personnages, pas plus grands que 2 centimètres et raconter des histoires. Il me demande de cuire cette pâte à modeler, de la peindre,…tous les jours, je devais au moins créer durant 1 heure. Ce travail était aussi un support de thérapie. A part cela, je ne faisais plus grand chose, j’arrivais juste à m’occuper de mes enfants. Une fois qu’ils étaient couchés, je prenais mes médicaments et je filais dormir !

La descente était rude, heureusement que j’avais aussi un entourage qui me soutenait.
Les mois passaient, j’étais de plus en plus mal, je me sentais mourir. Début mars 2005, je n’arrivais plus à vivre, en moi, tout était en feu,. Je me souviens que je regardais par la fenêtre, et je me suis dis « ou j’ouvre la porte ou je meurs ! »

J’avais tellement peur, de quoi ?

Cela faisait 9 mois que je travaillais avec Michel. Une force m’a poussée pour que j’ouvre la porte de mon cœur. J’ai appelé Michel, lui demandant s’il pouvait me recevoir car j’étais prête.

Le Rendez-vous est pris pour la fin d’après-midi. Et là, enfin, la délivrance ! Les mots sortaient de ma bouche, je les déversais avec une force inouïe ! En fait, je répétais sans cesse, “j’aime mon papa, j’aime ma maman”. Cela paraît normal pour quelqu’un qui n’a pas subi de traumatisme avec ses parents mais ce n’était pas mon cas.

peurDepuis petite, mes parents étaient tellement destructeurs que je survivais mais ce n’était pas possible d’avoir une vie saine et équilibrée. Tout était manipulé et dévié. En répétant ces mots inlassablement, je sentais une délivrance en moi, j’acceptais l’inacceptable. J’aimais mes parents au delà de tout. Alors que depuis toujours, je les haïssais mais la haine n’est que l’inverse de l’amour. En fait, tant d’amour a failli me tuer. Cela s’appelle le syndrome de Stockholm. Aimer son bourreau ? C’était inacceptable de pouvoir les aimer avec ce qu’il m’ont fait subir ! Et pourtant, je les aime !

Cela se déversait au dehors de moi, je pleurais et riais en même temps et j’étais épuisée. Michel me dit : « ça y est, tu es guérie à présent. Rappelle toi cette date, c’est ta nouvelle naissance ! Tu ne seras plus jamais la même. Avec Chantal (sa compagne), nous partons dès demain, nous avons vendu la maison. Nous attendions ta guérison pour partir ! »

Il savait que j’allais guérir. Je n’avais plus beaucoup de force, je sais que je lui ai demandé ou il partait. Il m’ a répondu « à Vannes ». A la fin de cette séance, j’étais en chewing-gum  ! Mes amis m’attendaient pour me raccompagner chez moi.

Guérie, mon âme peut aimer et respirer

Le lendemain, je sentais qu’au fond de moi, quelque chose avait changé. Je me suis réveillée en souriant et mon sourire est resté toute la journée ! Le lendemain pareil…Et le surlendemain aussi… C’est là que je me suis rendue compte que depuis toujours j’étais dépressive , que cet état était permanent car c’est le seul que je connaissais. A présent, je suis guérie. Très vite je me suis sevrée des médicaments (et d’autres addictions).

Quant à Michel et Chantal, je ne les ai plus jamais revus. J’ai cherché à les retrouver mais plus de trace d’eux nulle part, ni à Vannes, ni au Canada. Ma collègue a racheté leur maison mais n’a jamais plus eu de nouvelles non plus.

Mais depuis, je suis guérie au plus profond de moi, mon âme peut aimer et respirer.

6 réflexions sur « Ma rencontre avec un chamane »

  1. Ping : Chacun est responsable de ses contrats et de ses limites – Reveille toi

  2. Ping : Le corps dans l'ouverture spirituelle

Les commentaires sont fermés.